Reproduction des plantes

Sommaire :

  • Les graines
  • Pollinisation
  • Les boutures
  • Les marcottes
  • Les greffes
  • Les tubercules
  • La division des touffes (oseille, ciboulette…)

Définitions :

Les graines

Dans le cycle de vie des « plantes à graines », la graine1 est la structure qui contient et protège l’embryon végétal. Elle est souvent contenue dans un fruit qui permet sa dissémination.

La graine permet ainsi à la plante d’échapper aux conditions d’un milieu devenu hostile soit en s’éloignant, soit en attendant le retour de circonstances favorables.

Elle provient d’une transformation de l’ovule fécondé. De ce fait, elle est composée à la fois de parties provenant du sporophyte maternel (les enveloppes de la graine), du gamétophyte (les tissus de réserve de la graine) et du sporophyte de la génération suivante : l’embryon.

Elle a un rôle de protection du nouvel individu grâce à son enveloppe souvent durcie, et de nutrition grâce à des réserves de substances nourricières. Les graines ont en effet la propriété d’accumuler, sous une forme facile à conserver, des réserves destinées au développement futur de l’embryon. Elles constituent ainsi une source d’alimentation recherchée par les animaux (régime alimentaire granivore) et par l’homme (céréales, légumes secs, etc.).

En agriculture, une graine sélectionnée pour être semée est une semence.

© Wikipédia

La pollinisation

La pollinisation est le mode de reproduction privilégié des fleurs angiospermes et gymnospermes (70 % à 90 % des angiospermes sont pollinisés par une espèce animale). Il s’agit du processus de transport d’un grain de pollen depuis les étamines (organe mâle) vers le pistil (organe femelle) soit par autofécondation (concerne une minorité de plantes telles que les légumineuses ou les graminées) soit par fécondation croisée (le pollen d’une fleur se dépose sur les stigmates d’une autre fleur de la même espèce, processus qui fait souvent intervenir un insecte pollinisateur tel que l’abeille) . Le grain de pollen doit « creuser » un petit tunnel pour arriver, via un tube pollinique dans l’ovaire qui contient l’ovule, pour rendre possible la fécondation.
C’est un des services écosystémiques (notion de mutualisme) rendus par la biodiversité, très important pour l’agriculture et la culture des arbres fruitiers.

© Wikipédia

Les boutures

Le bouturage est un mode de multiplication végétative de certaines plantes consistant à donner naissance à un nouvel individu (individu enfant de la plante mère) à partir d’un organe ou d’un fragment d’organe isolé (morceau de rameau, feuille, racine, tige, écaille de bulbe).

Cette technique est une forme de clonage : la bouture est génétiquement identique à la plante mère. Le bouturage se fait par dédifférenciation cellulaire au niveau du méristème. Le bouturage peut être naturel ou artificiellement provoqué (par les jardiniers amateurs ou en pépinière).

© Wikipédia

Les marcottes

Mode de multiplication des végétaux consistant à provoquer le développement des racines sur une portion herbacée ou ligneuse de jeunes rameaux, puis à séparer ces derniers du pied d’origine afin d’en obtenir une nouvelle plante.

© Larousse

Les greffes

Procédé de multiplication végétative réalisé par l’union d’une partie d’une plante (greffon) et d’une partie d’une autre (porte-greffe ou sujet) en vue d’obtenir un seul individu. (La greffe est surtout utilisée pour reproduire les arbres fruitiers et certaines plantes ornementales [rosiers].)

© Larousse

Les tubercules

Renflement des axes végétaux, surtout souterrains (racine, rhizome), riches en substances de réserve. (Organes pérennants, ils assurent en outre souvent la multiplication de l’espèce. Ils jouent un rôle important dans l’alimentation humaine : betteraves, carottes, manioc, pommes de terre, igname, ail, etc.)

© Larousse

La division des touffes

La division de touffes consiste à séparer une souche en plusieurs fragments qui donneront autant de nouvelles plantes semblables à la plante mère. Cette opération se fait pendant le repos de la végétation s’il s’agit d’arbustes à feuillage persistant, en avril ou en septembre pour les arbustes à feuillage caduc, qui supportent ce procédé.

© www.fairesonjardin.fr

Retourner à la base de données.