Aménagements d’espace cultivés

Sommaire :

  • Compostage et paillage
  • Potager
  • Verger
  • Jardins des simples
  • Pierres sèches
  • Travail du bois
  • Sols (Géologie)
  • Outillage

Définitions :

Compostage et paillage

Le sol, base de la vie, est l’élément à ne pas délaisser quand on veut jardiner ou maintenir ses arbres et parterres en bonne santé. Le sol est un réservoir de nourriture pour les plantes. Les stocks d’éléments nutritifs (azote, phosphore, potassium…) ne sont pas infinis et doivent être renouvelés régulièrement.

Le compostage et le paillage sont des moyens simples pour renouveler la matière organique et dynamiser la vie du sol. Ces deux techniques permettent de réutiliser directement chez soi les tontes, feuilles, mortes, déchets de cuisine et la plupart des autres déchets verts.

1. Le paillage

Cette technique simple consiste à couvrir le sol avec une couche de végétaux : le paillis (il existe aussi des paillis synthétiques et minéraux). Le paillage va protéger le sol et maintenir l’humidité. En fonction du type de paillis, il sera incorporé plus ou moins rapidement dans le sol pour l’enrichir en matière organique.

Le paillage peut être réalisé :

  • Entre les légumes dans le jardin
  • Au pied des arbres
  • Au pied des haies
  • Dans les parterres

Le paillage est la solution à privilégier pour se débarrasser des grandes quantités de feuilles, de tontes ou de branchages, il est plus simple de réaliser un paillage que de composter ces déchets.

Il est possible de pailler avec différents matériaux en fonction des saisons :

  • Les feuilles mortes à l’automne pour couvrir le sol pendant l’hiver.
  • Les tontes en été et au printemps.
  • Des branchages, tailles de haie, fanes broyés à la tondeuse ou à l’aide d’un broyeur.

A chaque fois, il est possible de déposer une couche de compost sous le paillis pour une action encore plus efficace.

La technique de paillage :

  1. Désherber la zone à pailler
  2. Arroser copieusement
  3. Appliquer une couche de 5 à 10 cm de paillis, voir plus pour un paillis plutôt sec.

Pour éviter de garder l’humidité contre la plante il est préférable de laisser un espace de quelques centimètres entre le collet de la plante (la tige) et le paillis.

Le paillage permet de diminuer l’arrosage, par contre en cas d’année sèche il faut tout de même arroser régulièrement.

Une heure à pailler c’est dix heures de travail en moins dans le jardin.

Les avantages du paillage :

  • Moins d’arrosage
  • Moins de désherbage
  • Plus simple que le compostage
  • Un enrichissement du sol en matière organique
  • Dynamise la vie du sol
  • A long terme un sol plus facile à travailler

2) Le compostage

Le compostage permet d’agir au niveau des déchets de cuisine et dans une moindre mesure sur les déchets verts du jardin.

Le compostage peut être réalisé en bac ou plus simplement en tas. Les épluchures et autres restes de repas sont décomposés par la faune du sol (cloportes, vers, insectes) pour donner au bout de 8 à 10 mois un compost de qualité.

Pour composter facilement il est conseillé de mélanger 2/3 de déchets humides (déchets de cuisine, un peu de tonte…) avec 1/3 de déchets secs (feuilles mortes, branchages broyés à la tondeuse…).

Si le compostage se déroule généralement sans problème, il faut tout de même faire attention à l’humidité du tas de compost.

Il est parfois utile d’avoir un stock de matériaux secs pour « éponger » le surplus d’humidité apporté par les déchets de cuisine. Un brassage (mélange) des derniers apports est indispensable ainsi qu’un brassage plus en profondeur qui doit être réalisé tous les 2 à 3 mois. Il permet de mélanger les déchets secs et humides pour un compost plus homogène et permet d’aérer le tas.
© www.smevom.fr

Potager

Potagère : Se dit des plantes utilisées pour la cuisine comme légumes.
Potager : Jardin où l’on cultive des plantes potagères
© www.linternaute.com

Verger

Un verger est un espace de terrain dévolu à la culture d’arbres fruitiers, appelée arboriculture fruitière. Il en existe différents types : les vergers commerciaux, les vergers conservatoires et les prés-vergers.

© Wikipédia

Jardins des simples

Un jardin médicinal, appelé aussi en latin hortus medicus, herbularius, erbarium botanicum, hortus botanicus (au sens plus large de jardin botanique) ou jardin de simples, est un lieu où l’on cultive particulièrement des plantes aux vertus médicinales appelées également simples ou plantes officinales. On y retrouve aussi souvent des plantes condimentaires comme le thym, la sauge, la mélisse, l’hysope.

© Wikipédia

Pierres sèches

La maçonnerie à pierres sèches (dite aussi maçonnerie à sec, maçonnerie sèche ou encore plus familièrement la pierre sèche) est une technique de construction consistant à assembler, sans aucun mortier à liant, des moellons, des plaquettes, des blocs, des dalles, bruts ou ébauchés, pour monter un mur, un voûtement.

© Wikipédia

Travail du bois

Le bois est un matériau naturel, vivant et d’une grande longévité s’il est correctement entretenu. Il en existe de nombreuses essences et de nombreux usages.

© Wikipédia

Sols (Géologie)

La géologie est un terme qui caractérise une discipline scientifique ou l’ensemble des caractères du sous-sol d’une région définie.

La géologie, la science de la Terre

La géologie est une discipline scientifique se focalisant sur les couches externes de la Terre, notamment sur leur structure, leur composition et leur évolution au cours des temps passés et à venir.

De ce fait, la géologie se compose de nombreuses disciplines spécialisées, comme la minéralogie, la paléontologie, la pétrologie, la géodynamique, la géomorphologie, etc.

Elle est pratiquée par des géologues, qui doivent quotidiennement exploiter d’autres sciences pour parvenir à leur fin, principalement la chimie et la physique. Cette science de la Terre aurait vu ses fondements naître vers 1660.

Géologie d’une région

Le terme géologie est également utilisé d’une manière générique pour parler des caractéristiques du sous-sol d’une région donnée, que l’on peut d’ailleurs observer sur des cartes géologiques.

© www.futura-sciences.com

Outillage

Grelinette

La grelinette est un outil de jardin inventé par André Grelin dont le brevet a été déposé en 1963. Cette invention permet d’ameublir la terre sans la retourner, contrairement à une bêche, en préservant ainsi l’écosystème du sol. Ceci en fait donc un outil privilégié en agriculture biologique, notamment en micro-agriculture biointensive. Basé sur le principe du levier, cet outil permet un travail efficace et rapide avec un minimum d’effort.

La grelinette est une fourche bêche à deux manches latéraux. On la plante devant soi, et on tire simultanément sur les deux manches, qui passent alors de part et d’autre du corps du jardinier jusqu’à extension totale des bras, ce qui produit l’arrachement et le soulèvement d’une grosse motte de terre, sur une largeur de 50 cm environ. On recule ensuite d’un pas pour répéter le même mouvement, et ainsi de suite, à reculons. Le travail d’ameublissement de la terre avance ainsi beaucoup plus vite et avec moins d’effort qu’avec une fourche bêche ordinaire.

Parfois, cet outil débitant des mottes de terre, pour un travail plus fin du sol, certains vont employer d’autres outils tels que le hoyau à dents, le râteau ou la motobineuse, le passage de ces outils en est grandement facilité. L’arrachement de mottes par effet de levier a en outre un effet d’aération du sol, jusqu’à la profondeur atteinte par les dents. Cependant, il reste qu’un des buts de la grelinette est de s’affranchir du bêchage classique (pour mélanger le moins possible les différentes couches du sol) et encore plus de la motobineuse qui mélange fortement toute la terre sur la profondeur de ses roues.

© Wikipédia

Houe maraîchère

De conception simple, la houe maraîchère permet au jardinier de réaliser beaucoup plus de travail avec beaucoup moins d’efforts.
C’est avant tout le poids du corps qui donne la force nécessaire pour travailler la terre, et le jardinier adapte la profondeur de travail en appuyant plus ou moins sur les manches.
Ce sont les bras et non le dos qui travaillent !

Différents outils sont disponibles, chacun correspondant à une tâche bien précise.
Grâce à la clé de montage, vous pouvez très rapidement changer d’outils.

© http://www.prudhommeau.com

Houe

Pour l’agriculteur, la houe est un outil de base pour tous les travaux de la terre.

De nos jours, la houe est constituée d’un soc en acier au carbone forgé à chaud et d’un manche en bois (souvent de frêne) de 1 m à 1,20 m ou plus. La longueur du manche doit être adaptée à la taille de l’utilisateur afin d’éviter les fatigues articulaires du dos notamment lors d’utilisations prolongées. La bonne longueur se situe entre le sol et le coude replié dans la position debout. Contrairement aux besoins courants, le commerce généraliste ne propose que des longueurs de 1,20 m maximum. Les socs de houes les plus larges demandent davantage d’efforts mais leur rendement sera meilleur dans un terrain léger que dans les terres compactes.

Une houe est un outil agricole, horticole et de jardinage utilisé pour le travail superficiel du sol dans les champs et les jardins. Elle est indispensable pour effectuer de nombreux travaux, notamment pour remuer et émietter la terre après bêchage, désherber, butter les pommes de terre, et creuser le sol pour les plantations.

La houe se rapproche plus de la pioche que de la binette. La pièce de travail, pièce métallique, est aplatie sous forme d’une lame qui peut être pleine ou à dents.

En Afrique, la plupart des outils agricoles ne sont autres que des houes dont les fers et les manches ont des dimensions variables en fonction de l’utilisation qui en est faite (sarclage, binage, etc.)

© Wikipédia

Retourner à la base de données.