Ethnobotanique

Sommaire :

  • Écologie
  • Agro-écologie
  • Agro-foresterie
  • Permaculture

Définitions :

L’ethnobotanique, contraction d’ethnologie et de botanique, est l’étude des relations entre l’homme et les plantes. Son domaine d’étude implique une large gamme de disciplines depuis les recherches archéologiques sur les civilisations anciennes jusqu’à la bio-ingénierie de nouvelles cultures comme le blé.

Écologie

Science ayant pour objet les relations des êtres vivants (animaux, végétaux, micro-organismes) avec leur environnement, ainsi qu’avec les autres êtres vivants.

Agro-écologie

Démarche scientifique attentive aux phénomènes biologiques qui combine développement agricole et protection/régénération de l’environnement 
naturel. 
Elle est à la base d’un système global de gestion d’une agriculture multifonctionnelle et durable, qui valorise les agro-écosystèmes, optimise la production et minimise les intrants.

Agro-foresterie

L’agroforesterie est un mode d’exploitation des terres agricoles associant des plantations d’arbres dans des cultures ou des pâturages.

Permaculture

La permaculture est une méthode systémique et holistique de conception d’habitats humains et de systèmes agricoles inspirée de l’écologie naturelle (biomimétisme) et de la tradition. Elle n’est pas un mode de pensée mais un mode d’action qui prend en considération la bio-diversité des écosystèmes. En outre, elle vise à créer une production agricole durable, très économe en énergie (travail manuel et mécanique, carburant…) et respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques, tout en laissant à la nature « sauvage » le plus de place possible.

Cette méthode a été créée dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Le terme Permaculture signifiait initialement « agriculture permanente » (Permanent Agriculture), mais il a été rapidement étendu pour signifier « culture de la permanence » car il était réalisé que les aspects sociaux font partie intégrante d’un système véritablement durable. Cette dernière signification est encore aujourd’hui sujette à polémique.

La permaculture forme des individus à une éthique ainsi qu’à un ensemble de principes (design permaculturel). L’objectif étant de permettre à ces individus de concevoir leur propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes, durables et résilients, et donc une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution (identifiés par Mollison comme le fondement de la destruction systématique des écosystèmes).

Elle utilise entre autres des notions d’écologie, de paysagisme, d’agriculture biologique, de biomimétisme, d’éthique, de philosophie et de pédologie. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain de façon harmonieuse.

© Wikipédia

Retourner à la base de données.