Térébinthe

Famille : Anacardiacées

Nom latin : Pistacia terebinthus L.

Caractères botaniques :

Le pistachier térébinthe est un arbrisseau de trois à cinq mètres, à feuilles caduques à très forte odeur résineuse. C’est un arbre dioïque, c’est-à-dire que certains pieds ne portent que des fleurs femelles alors que d’autres ne portent que des fleurs mâles. Il peut vivre plus de 100 ans.

Ses feuilles caduques sont vertes au printemps, jaunes ou rouge flamboyant à l’automne. Elles sont imparipennées composées de 7 à 13 folioles coriaces, entières, grandes, ovales oblongues ou elliptiques lancéolées. Le pétiole est non ailé.

Les fleurs unisexuées sont petites, rougeâtres en grappes serrées — panicules — axillaires, sur les rameaux d’un an. La floraison se produit d’avril à juin.

Les fruits sont des drupes ovoïdes, de la taille d’un petit pois (de 5 à 7 mm) et en grappes caractéristiques Ils sont blancs, puis roses, rouges et enfin bruns à maturité. Ils dégagent une forte odeur de résine

Caractères culturaux :

Le pistachier térébinthe est originaire d’Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye), d’Asie de l’Ouest (Arabie saoudite, Israël, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie) et de l’Europe méditerranéenne (midi de la France, Espagne, Albanie, ancienne Yougoslavie, Bulgarie, Grèce, Italie) et du Portugal. C’est donc une espèce présente sur tout le pourtour méditerranéen.

À l’origine présente dans le midi de la France, son aire s’est étendue jusque dans le Jura, les Hautes-Pyrénées, le Quercy, la Lozère, la Savoie et le Périgord, mais toujours dans les zones dégradées associées aux chênes vert, pubescent et à une altitude maximale de 500 m. Il est absent de Corse.

Le térébinthe est une espèce héliophile mais tolérant un certain ombrage. Il croît dans les formations arbustives, le maquis et les forêts plus ou moins claires.

Usages :

Son bois dur est utilisé en ébénisterie et en marqueterie pour réaliser des ornementations. Il est d’un blanc jaunâtre, parfois mêlé de teintes verdâtres ou rougeâtres. Âgé, il brunit.

Introduit aux États-Unis en 1854, il est utilisé comme porte-greffe pour le pistachier vrai.

Le térébinthe produit une oléorésine par les fissures de son écorce. Cette résine se solidifie à l’air et donne la térébenthine de Chio, de l’île grecque de Chios où la résine est exploitée. Elle est de consistance assez dure, d’un blanc verdâtre et assez odorante. Dans l’Antiquité, Théophraste disait d’elle « La meilleure [résine] est celle du térébinthe, consistante, d’un parfum on ne peut plus agréable et subtil, mais d’un rendement faible » (Rech. sur les plantes, IX, 2.2). Elle entrait dans la composition de la thériaque. Elle peut être utilisée comme antiseptique en médecine et on peut la mâcher. Elle sert aussi à la fabrication de vernis et de friandises.

L’écorce est brûlée comme encens.

Les graines du pistachier térébinthe sont comestibles mais aigrelettes. Elles peuvent être utilisées pour produire une huile comestible qui sert de condiment dans le sud du Maghreb. Une variante du café turc est préparée avec ces graines, le menengiç kahvesi.

On extrait des galles une substance rouge utilisée pour teindre les laines.

 

  • © Wikipédia
  • Agence Chapa