Roucou

Famille : Bixaceae

Nom latin : Bixa orellana

Caractères botaniques :

Le roucou (Bixa orellana L., 1753) est une espèce d’arbres ou d’arbustes des régions d’Amérique tropicale. On l’appelle aussi urucum (au Brésil) Achiote (en Bolivie, en Colombie, en Équateur, au Nicaragua et au Mexique), onoto (au Venezuela), rocouyer ou arbre rouge à lèvre. Il tire son nom de la langue des Tupis qui le nomment urucu ; en anglais et en espagnol il se nomme achiote (nom tiré du nahuatl). Il est aussi cultivé dans le sud-est asiatique, où il a été introduit depuis Acapulco au XVIIe siècle.

Ses fleurs sont roses et il donne des fruits rouges à épines remplis de graines, rouges elles aussi.

Ce fruit, le rocou (ou roucou, annatto, achiote) n’est pas comestible. Il est récolté puis séché pour en extraire la cire qui entoure les graines, très riche en caroténoïdes.

Usages :

Les autochtones d’Amérique du Sud et des îles Caraïbes s’en servent comme pigment pour leurs peintures corporelles ou comme aromate.

La médecine traditionnelle lui prête de nombreuses vertus curatives. Le rocou sert aussi de crème solaire naturelle et permet d’éviter les piqûres d’insectes.

Il fait partie des ingrédients du tascalate.

Il est actuellement utilisé comme colorant alimentaire (code européen E160b). Certains fromages tels que boulette d’Avesnes, la mimolette, le cheddar, l’edam, le Rouy ou le Red Leicester, lui doivent leur couleur orangée, de même que les biscuits à l’orange Chamonix1. La croûte de certains livarots et reblochons2,3 est également lavée avec du roucou. Traditionnellement, il sert aussi à teindre les filets de haddock. C’est aussi un des ingrédients du recado rojo, une sauce pimentée mexicaine.

Usages médicinaux :

Il pourrait avoir des propriétés :

antigénotoxiques ;

antimutagènes ;

protecteur contre le stress oxydatif.

Il présente toutefois une certaine toxicité.

 

  • © Wikipédia
  • Agence Chapa