Nerprun

Famille : Rhamnaceae

Nom latin : Rhamnus catharticus L.

Caractères botaniques :

Le nerprun purgatif est un arbrisseau de 2 à 5 mètres de haut, caducifolié. C’est une plante dioïque ou polygame, à l’écorce lisse, gris-brun. Les rameaux gris sont souvent terminés par une épine.

Les feuilles caduques, presque opposées, elliptiques à ovales, de 2,5 à 9 cm de long et 1,2 à 3,5 cm de large, finement dentées, aux nervures très apparentes, vertes virant au jaune à l’automne.

Les fleurs vert-jaune sont rassemblées en grappes par 5 à 10. Elles sont unisexuées, à 4 pétales. Elles sont pollinisées par les insectes.

Le fruit de 6 à 10 mm de diamètre est une drupe noire qui contient 4 graines. En quantité suffisante, c’est un poison pour l’homme, mais il est apprécié de nombreux oiseaux qui sèment les graines dans leurs fientes.

C’est une essence buissonnante, souvent introduite dans les haies ornementales.

Caractères culturaux :

En Europe, il est présent du centre de l’Angleterre jusqu’au sud de la Méditerranée et pour l’Asie on le trouve de l’ouest jusqu’au Kirghizistan vers l’est. On le trouve en France, Belgique, Suisse.

Usages médicinaux :

Les fruits contiennent des substances anthracéniques à propriétés purgatives. Leur consommation peut entraîner des troubles digestifs plus ou moins graves suivant la quantité ingérée. Ils sont donc à considérer comme légèrement toxiques.

Comme son nom le suggère, le fruit et l’écorce de l’arbuste étaient autrefois utilisés comme purgatifs, mais leur toxicité (violents effets purgatifs et effets secondaires) fait qu’ils ont été abandonnés pour cet usage.

Des extraits de ses baies se révèlent très efficaces pour traiter la maladie du gros ventre (coccidiose) des lapins domestiques.

Son bois est dense et solide, mais peu utilisé.

Usages tinctoriaux :

Les fruits et les rameaux étaient récoltés autrefois, notamment dans le Comtat Venaissin et utilisés pour leurs pouvoirs colorants comme teinture pour les tissus (cf De la Garance au pastel de Michel Garcia, Edisud).

C’est la plante hôte du papillon citron. La présence du mâle jaune vif est un indice de présence du nerprun purgatif dans les environs.

 

  • © Wikipédia
  • Agence Chapa