Navet

Famille : Brassicacées

Nom latin : Brassica rapa var.rapa

Usage principal : consommation

Caractères botaniques :

Type : bisannuelle : elle fleurit après avoir passé un hiver dehors.

Fleurs : fleurs jaunes mellifères dont les inflorescences peuvent atteindre un mètre de hauteur.

Fruit : silique.

Feuilles : entières, oblongues.

Racine : une seule principale pouvant atteindre 35 cm de longueur. Petites racines secondaires qui doivent être réduites au possible pour obtenir une bonne qualité.

Graines : les graines sont dans les siliques : 15 à 20 graines. Assez petites, lisses et brunes.

Ethnobotanique :

La taxinomie du navet fut longtemps confuse, ce qui engendre également une absence d’information sur les lieux d’origines et les époques de domestication.

En France, il n’y a pas de doute sur son utilisation au Moyen Âge. Il est toutefois peu cité et peu représenté. C’est surtout au XIVe siècle qu'on le retrouve sous l’appellation "viande du pauvre".

Olivier de Serres comme La Quintinie ne travaillèrent dessus ni l’un ni l’autre. Ce sont les maraîchers parisiens qui entreprirent à la fin du XVIIIe siècle la culture du navet sous couche. Ceci accéléra le rythme de culture sur un cycle de 50 à 60 jours.

Il faudra attendre la fin du XIXé siècle pour avoir des variétés à feuillages plus réduits car le port important semblait nuire aux cultures voisines.

Caractères culturaux :

Ecologie : sol léger et climat tempéré dans l’idéal.

Culture : semez sur couche en janvier-février ou semez clair de mars à juin. La levée s’effectue en 4 à 5 jours.
Arrosez quotidiennement.

Espacement : lignes distantes de 15 à 20 cm.

Récolte : 2 mois après le semis.

Conservation et durée germinative des graines : la durée germinative est de 4 à 5 ans.

Usages médicinaux :

Propriétés : antioxydant et reminéralisant.

Le navet cru est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.(1)

(1)http://www.passeportsante.net

Sources :

Guide Clause, Traité des travaux du jardinage, 1965, Brétigny sur Orge.

Michel Pitrat et Claude Foury, Histoires de légumes des origines à l’orée du XXIe siècle.Inra, 2003.

Desirée Bois, Les plantes alimentaires chez tous les peuples et à travers les âges, 1927, Paris.

 

  • © Balseli
  • Agence Chapa