Lierre terrestre

Famille : Lamiacées

Nom latin : Glechoma hederacea L.

Caractères botaniques :

C’est une plante vivace et rampante, que ses stolons rendent facilement envahissante.

Les feuilles pétiolées se présentent opposées par paires sur des tiges plus ou moins quadrangulaires. Ces feuilles sont en forme de cœur ; elles sont souvent légèrement duveteuses, leurs bords ont des crénelures arrondies régulières, elles sont généralement vert foncé sur le dessus mais peuvent aussi être légèrement violacées ; leur face inférieure est plus claire et porte des glandes d’huiles essentielles.

Les fleurs, groupées par deux, trois ou quatre (parfois plus) à l’aisselle des feuilles, sont portées sur des hampes florales érigées dont la hauteur varie de 5 à 30 cm. Elles sont latéralement symétriques. Leur calice tubuleux et droit a 15 nervures et 5 dents légèrement inégales. Leur corolle bilabiée, longue de 10 à 20 mm, a un tube droit et saillant fait de 5 pétales soudés. La lèvre supérieure est dressée, plane et échancrée en deux lobes; la lèvre inférieure a trois lobes plus larges, avec celui du milieu en forme de cœur inversé. Leur couleur va du rose au bleu-violet, et elles sont tachetées de pourpre sur la lèvre supérieure. Floraison précoce en mars-avril, jusqu’à l’automne.

Toute la plante émet une odeur balsamique agréable, et a un goût aromatique rappelant la menthe avec une pointe d’amertume ou d’âcreté pour les feuilles et tiges ; la fleur est plus suave.

Caractères culturaux :

Cette plante préfère la mi-ombre humide, mais peut aussi s’accommoder du soleil. Elle est très commune en lisière de bois, le long des haies et en bord de route sur la quasi-totalité du territoire français et la Corse, ainsi que le reste de l’Europe, l’Asie occidentale et boréale jusqu’au Japon. Elle a colonisé l’Amérique du Nord après y avoir été amenée par les colons européens.

Usages historiques :

Jadis, Glechoma hederacea était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche.

La « couronne de terre » est toute bénéfique. Placée sous la couche des jeunes mères, avec d’autres herbes, elle leur redonne des forces après le travail de l’enfantement.

Usages modernes :

C’est une plante mellifère dont le goût peut relever les salades ou les soupes. Les fleurs servent parfois pour décorer les gâteaux.

Sa floraison précoce en mars-avril et durant jusqu’à l’automne, en fait l’une des premières fleurs de l’année et d’autant plus précieuse pour les insectes se nourrissant de nectar et notamment les bourdons.

Elle a longtemps servi à clarifier, aromatiser et préserver la bière, avant l’utilisation du houblon. L’un de ses noms communs liés à la fabrication de la bière en anglais, est « gill », qui vient du français « guiller » (dit de la bière en fermentation).

Elle a également été longtemps considérée comme une panacée.

Usages médicinaux :

Parties utilisées : la plante entière, sauf les racines, les tiges fleuries, les jeunes stolons.

Propriétés pectorales, fébrifuges, vulnéraires, toniques, apéritives et réconfortantes.

Contient des principes amers (glechonine), des huiles essentielles, du tanin, de la saponine, du potassium, de la résine.

Usage interne :

jeunes stolons en salade ou en soupe ; pousses feuillées bouillies dans du lait ou macérées dans de l’huile d’olive, tiges fleuries en infusion.

Usage externe :

cataplasme de tiges fraîches ; poudre, décoction pour bains. Indications : rhume, asthme, bronchite, emphusème, diarrhée, furoncles, maladies de peau, saignement de nez (poudre).

Il est recommandé de ne pas l’ingérer en grandes quantités. Les chats et chiens peuvent se rendre malades en en mangeant beaucoup. L’ensemble de la plante est aussi dangereux pour les tortues terrestres et les reptiles de façon générale.

 

  • © Wikipédia
  • © http://www.jardindupicvert.com
  • Agence Chapa