Garance

Famille : Rubiacées

Nom latin : Rubia tinctorum L.

Caractères botaniques :

La garance est une plante vivace par ses rhizomes, à tiges couchées ou grimpantes mesurant jusqu’à 1,5 m de long.

Les feuilles apparemment verticillées sont munies sur les bords et sur la nervure principale de petits aiguillons qui permettent à la plante de se soutenir en s’appuyant sur les autres plantes.

Les fleurs jaunâtres s’épanouissent en début d’été (juin-juillet). Elles comptent 4-5 pétales soudés à leur base. Les fruits charnus (baies) sont de la taille d’un pois, noirs à maturité.

La tige se caractérise par une section carrée contrairement à beaucoup de végétaux qui ont une section ronde.

Le rhizome peut atteindre 80 cm de long.

Caractères culturaux :

L’espèce est originaire d’Asie occidentale et centrale : Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Irak, Iran, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan et d’Europe de l’Est : Ukraine (Crimée), ex-Yougoslavie. Elle a été répandue par la culture et naturalisée çà et là dans les régions tempérées.

Usages médicinaux :

La teinture mère de garance est traditionnellement utilisée dans l’insuffisance biliaire et les lithiases urinaires. Ses propriétés sont dues à la présence de dérivés de la famille des anthraquinones tel l’acide rubérythrique.

Garidel cite dans son livre Plantes qui naissent aux environs d’Aix la garance qui « débouche les obstructions du foye, de la rate et de la matrice ». Après avoir précisé qu’elle est une des cinq racines apéritives, il ajoute « les teinturiers s’en servent pour teindre en rouge qu’on appelle vulgairement rouge garance. Les feuilles et les tiges servent à nettoyer la vaisselle d’étain […] préférable à l’Equisetum ».

D’après le docteur Debuigne la garance serait recommandée contre la jaunisse, l’anémie et les dartres.

Leclerc en 1933 en confirmait les propriétés diurétiques. C’est pour cette dernière propriété que les Arabes l’emploient encore. Les principes actifs seraient l’acide rubérythrique, la purpurine, la chinizarine, etc. Pour certains, ces propriétés seraient d’ordre dissolvant : il y aurait formation de complexes solubles, calciques et magnésiens, prévenant la formation des calculs. La plante est cancérigène et peut causer des anomalies congénitales et des fausses couches.

Usages tinctoriaux :

Textile

Les racines et les rhizomes (tiges souterraines) contiennent de l’alizarine et de la purpurine, qui ont la propriété de donner aux tissus une belle couleur rouge. Les uniformes de l’armée française l’employaient abondamment jusqu’à la Première Guerre mondiale. Cette teinture naturelle a été remplacée par des colorants synthétiques. La culture de la garance est très ancienne : elle est attestée depuis plus de 3000 ans en Inde. Le village d’Althen-des-Paluds (Vaucluse) fut un centre de la culture de la garance en France au XIXe siècle.

Beaux-arts

La garance a longtemps été utilisée en tant que pigment pour la confection de la laque de garance, un rouge rosé transparent très prisé à l’huile comme à l’aquarelle. Après l’alizarine synthétique (XIXe siècle), c’est aujourd’hui un mélange de quinacridones ou de benzimidazolones, plus solides, qui imitent sa teinte.

Alimentation

La garance mélangée à l’alimentation des animaux colore leurs os en rouge, ainsi que le lait.

 

  • © Wikipédia
  • Agence Chapa