Digitale laineuse

Famille : Scrophulariaceae / Plantaginaceae

Nom latin : Digitalis lanata Ehrh.

Caractères botaniques :

Il s’agit d’une plante herbacée haute de 40 à 90 cm voire 2 mètres. Formant au cours de la première année une rosette terrestre ; elle produit au cours de la seconde année une haute tige dressée portant des feuilles oblongues lancéolées, glabres et s’écartant beaucoup de la tige. Les pédoncules floraux et les calices sont velus, brun et blanc. Le fruit est une capsule.

  1. lanata a un aspect duveteux. Les fleurs sont regroupées en racèmes et leur pédicelle est très court. La corolle est toujours assez longue, tout comme la paire d’étamines.

La fleur est caractérisée par une corolle en cloche, de couleur spécifique, de 1 à 3 cm de long à base étroite s’élargissant en chambre globulaire. La lèvre inférieure de la corolle est nettement proéminente.

Lors de la floraison, chaque plante donne à peu près 6.1± 3.24 inflorescences, donc 27 ± 7.22 fleurs d’une couleur blanche ou crème à marbrures brunes à pourpres.

Le calice, quant à lui, mesure de 0.4 à 0,9 cm de long, est linéaire et lobé. Il a un aspect laineux.

  1. lanata produit des étamines de 1.1 à 1.25 cm de long, filiformes et didynames tandis que les styles sont légèrement bifides, crèmes à jaunâtre et de 1,4 cm de long.

Les longues étamines de D. lanata peuvent dépasser légèrement au-dessus de la cloche de la corolle au moment de la déhiscence. Les fleurs, hermaphrodites, se présentent en corolle tubulaire avec le style et le stigmate situés plus au-dessus des anthères.

Caractères culturaux :

Native d’Europe de l’Est, D. lanata est retrouvée en Italie, Hongrie, Turkie et dans les Balkans. Elle aurait été introduite en Angleterre en 1798 et a été naturalisée à certains endroits depuis.

  1. lanata est encore relativement présente en Europe. Cependant,   le potentiel médical que présente la Digitale laineuse l’a amenée à être surexploitée et a créé une baisse des populations dans certaines régions. Elle a dès lors été introduite dans certains pays aux mêmes latitudes que son habitat d’origine.

On retrouve l’espèce dans des buissons, forêts, coins herbeux, généralement en des lieux ensoleillés. Elle se plante aussi dans des jardins.

Usages médicinaux :

  1. lanata est très toxique :son absorption provoque des troubles tels que arythmies, obnubilations, céphalées, troubles de la vue, nausées, vomissements…

Ainsi, l’ingestion d’environ 8 grammes de feuilles provoque la mort d’une personne adulte de corpulence moyenne. Cette propriété dangereuse empêche l’utilisation populaire de l’espèce.

Malgré sa grande toxicité, cette plante est de grande utilité en pharmacologie car elle fournit des glycosides cardiotoniques comme la digitaline et la digoxine, employés comme stimulants cardiaques. On peut de plus retrouver des substances utiles comme des tannins, de l’inositol, de la lutoléine et des acides gras (myristique, palmitique, oléique, linoléique et linolénique) dans diverses parties de la plante.

Les feuilles sont utilisées en phytothérapie. Elle se récolte de septembre à octobre et se manipule avec des gants. Afin d’exploiter au mieux ses propriétés, il faut en faire sécher les feuilles une journée durant à température ambiante, en couche mince, avant de les placer à une température supérieure.

Les principales propriétés médicinales de la plante sont dues à la présence d’ionotropes positifs, chromotropes négatifs et dromotropes négatifs.

 

  • © Wikipédia
  • Agence Chapa