Aspérule des teinturiers

Famille : Rubiacées

Nom latin : Asperula tinctoria L.

Caractères botaniques :

Les espèces de ce genre sont des plantes herbacées ou formant de petits buissons, rarement ligneux à la base. Les rameaux ont une section quadrangulaire. Les feuilles, souvent dotées de stipules, sont disposées en verticilles de 4 à 14 ; elles peut être sessiles ou à pétiole très court.

L’inflorescence varie selon les espèces (forme de thyrse, de panicule, de capitule ou de cyme) mais est toujours précédée de bractées, qui sont souvent soudées.

Chaque fleur est petite, dotée ou non d’un pédicelle, est précédée d’une bractéole. Le calice est très réduit, quasiment absent. La corolle est colorée, de forme variant avec les espèces, mais toujours à pétales soudés à la base et à 5 (ou 4) lobes libres à l’extrémité. Les 4 ou 5 étamines s’insèrent au niveau de l’intérieur du tube formé par la corolle. L’ovaire est infère, à deux loges contenant chacune un seul ovule. Le stigmate présente souvent deux lobes.

Le fruit est un schizocarpe à deux méricarpes produisant chacun un akène. Les akènes sont petits, contiennent un embryon courbe et un albumen dur.

Caractères culturaux :

Les espèces de ce genre sont réparties en Europe, Asie, Afrique et Océanie. Une grande proportion de ces espèces proviennent des régions arides du Moyen et Proche-Orient.

Usages tinctoriaux :

Cette aspérule tient son nom de la teinture rouge qui était tirée de sa tige et de sa racine. Ses petites fleurs blanches sont très discrètes mais facilement reconnaissables à leurs trois pétales, chose rare pour une rubiacée.

 

  • © Wikipédia
  • http://www.florealpes.com/
  • Agence Chapa