Artichaut

Famille : Astéracées

Nom latin : Cynara scolymus

Origine géographique : bassin méditerranéen

Usage principal : consommation

Caractères botaniques :

Type : vivace potagère à rhizome

Fleurs : à capitule tubuleux (les fleurs sont en fait toutes petites et réunies sur un capitule entouré de bractées) cela donne l’impression d’une très grosse fleur bleutée.

Fruit : akène : fruit sec et indéhiscent surmonté d’une aigrette appelée Pappus lui permettant d’être dispersé par le vent.

Feuilles : larges et velues

Bractées : ce sont elles que nous mangeons avant la floraison. 
Charnues à la base, elles se présentent avec des écailles aux extrémités.

Chair : nous mangeons également ce que nous appelons communément le cœur de l’artichaut. C’est en fait le réceptacle floral.

Tige(s) : 0,60 à 1 m 20. Droite et cannelée.

Maturité : planté au printemps, l’artichaut devient productif l’année suivante, de juin à septembre et pendant 4 ou 5 ans.

Ethnobotanique :

«Originaire du bassin méditerranéen, l’espèce C. cardunculus aurait été amenée en Égypte il y a 2 000 ans ou 2 500 ans, pour se diffuser ensuite vers l’ouest. L’artichaut forme, à l’intérieur de cette espèce, un sous-groupe qui est inconnu à l’état sauvage, tandis que son ancêtre, le cardon des champs, pousse spontanément dans tout le bassin méditerranéen de même qu’en divers endroits du globe, où il s’est naturalisé. Le nom latin de cette espèce rappelle sa parenté avec le chardon, dont on a d’ailleurs longtemps consommé les feuilles et les fleurs. Les Grecs et les Romains, notamment, attribuaient aux chardons de nombreuses propriétés médicinales et les tenaient en très haute estime, n’hésitant pas à payer de fortes sommes pour se les procurer.»(1)

Il est cultivé aujourd’hui dans le centre de la France.

Caractères culturaux :

Ecologie : pas de particularité.

Il se plaît dans à peu prés tous les terrains. Toutefois il faut se méfier de l’aridité de l’été et de la saturation en eau qui provoquera la pourriture du légume.

Culture : plantez les oeilletons au printemps (mars – avril). Espacez vos plants de 80 cm environ car l’artichaut s’étend sur un rayon de 30 cm. Buttez les pieds avant l’hiver pour protéger le pied du froid. Au printemps, détruire des buttes. L’oeilleton est l’oeil poussant qui se développe autour du pied-mère durant toute la végétation active.

Espacement : prévoir 1 m2 par plant pour faciliter l’apport en fumures et l’irrigation.

Multiplication : l’artichaut se multiplie rarement par semis mais plutôt par plantation d’oeilletons détachés d’un pied-mère (à l’aide d’un couteau ou d’une serpette).

Cette opération consiste à détacher du pied-mère le bourgeon qui a poussé. Pour cela on déchausse le pied et on coupe avec la serpette en prenant soin de prélever un morceau du pied-mère, morceau qui, avec la fille (bourgeon à oeil poussant) porte quelques racines qui vont démarrer dès leur mise en terre.

Récolte : « si les bractées sont ouvertes, c’est signe que l’artichaut est trop mûr, qu’il est dur et que son foin, à l’intérieur, sera trop abondant. Il ne devrait pas y avoir de taches noires à la pointe ou à leur base, indice d’un manque de fraîcheur. La pomme doit être ferme et lourde.

On trouve à l’occasion des petits artichauts (dits « bébés artichauts » ou « artichauts nouveaux »), qui se consomment crus avec leur queue. »(2)

Usages médicinaux :

Parties récoltées : on utilise la feuille.

Elle contient du tanin et de la cynarine ainsi qu’un principe amer (la cynaropicrine).

On y trouve également des sels de potassium, du magnésium, du calcium, du sodium.cholagogue et cholérétique, diurétique, stomachique, apéritif, tonique, laxatif, fébrifuge.

Propriétés : on l’utilise contre les dérangements du foie et comme excitant de la sécrétion biliaire.

Recettes : infusion de feuilles à raison de 10 g pour 1 litre d’eau. Une tasse avant les repas ; infusion très amère.

Sources :

(1)article de Paulette Vanier dans www.passeportsante.net

(2)www.passeportsante.net

http://www.lunion.presse.fr

Encyclopédie du monde végétal, 1964, librairie Aristide Quillet, Paris.

Le Guide du jardinage biologique de Jean Paul Thorez

Cours de jardinage biologique « Vie et Action  » par Agrobios

Variétés :

Gros vert de Laon

Rougeâtre de Romagne

Vert de Provence

Vert Globe

Violet à grosse graines

Violet de Provence

Violet de Romagne

Violet hâtif

 

  • © Balseli
  • Agence Chapa